Extractions des dents de sagesse

Extractions de dents de sagesse

Faut-il les extraire systématiquement ?

Non. Les 3èmes molaires, plus connues sous le nom de dent de sagesse, peuvent tout à fait trouver leur place sur l’arcade dentaire à condition qu’elles ne manquent pas de place et qu’elles ne causent pas de complications futures.

Alors pourquoi les extraire ?

Elles peuvent être extraites pour différentes raisons, à titre préventif ou lorsqu’elles ne font pas leur éruption comme il le faudrait :

Dans le cadre d’un traitement orthodontique : lorsqu’un manque de place est à prévoir, les dents de sagesse sont retirées, à titre préventif, avant même d’être complètement formée, il s’agit d’une germectomie.

Dans le cadre d’un accident d’évolution : de manière assez fréquente, une dent de sagesse peut être à moitié sortie, se trouver dans une position atypique et offrir une porte d’entrée pour les bactéries. Ainsi, des douleurs, une gène à la mastication, des difficultés à ouvrir la bouche (trismus)…peuvent survenir et entraîner une infection. Il est alors préférable de les extraire.
Lors de pathologies carieuses : les soins sur les dents de sagesse peuvent être difficiles en termes d’anatomie, de position et de difficulté d’accès (notamment pour le brossage). L’extraction peut être alors un choix plus raisonnable.

Quand la dent de sagesse rend plus vulnérable à la carie la 2ème molaire : le maintien de l’hygiène est plus difficile dans cette région et une mauvaise position de la dent de sagesse peut limiter l’accès au brossage de la 2ème molaire, augmentant ainsi le risque d’apparition de carie sur la molaire adjacente.

Extractions de dents de sagesse

Extractions de dents de sagesse

Extractions de dents de sagesse

Extractions de dents de sagesse

Comment se déroule l’intervention ?

Un examen clinique et radiographique (panoramique dentaire) permet de situer les 3èmes molaires. Parfois, l’imagerie 3D peut s’avérer nécessaire lorsque les dents sont situées trop à proximité d’éléments nobles tels que le nerf alvéolaire inférieur.

L’intervention se déroule sous anesthésie locale et en une seule séance.

Quelles sont les suites ?

Les suites peuvent varier d’une personne à l’autre. Il convient de respecter les prescriptions et les consignes données en post opératoires. Il est recommandé :
En cas de saignement :

De mordre sur des compresses pendant 15min et de renouveler l’opération si nécessaire

De ne pas fumer durant quelques jours

De ne pas cracher, ni rincer, ni faire de bains de bouche pendant les 24 premières heures de manière à ce que le caillot sanguin se forme correctement pour initier la cicatrisation.

D’éviter de manger et de boire trop chaud les 24 premières heures

Pour réduire l’inflammation, d’appliquer une poche de glace

Après les premières 48h, un gonflement ou un hématome peut survenir mais rassurez vous, il s’estompe progressivement.

Quelques complications possibles :

L’alvéolite : lorsque le caillot sanguin ne se forme pas correctement ou est délogé. Cette situation se caractérise par une douleur, un mauvais gout dans la bouche et une difficulté à l’ouverture buccale, qui dure quelques jours. Le risque augmente avec le tabagisme.

Une paresthésie : lorsque la dent est trop à proximité du nerf, une perte de sensibilité peut avoir lieu. Elle est généralement temporaire, de manière exceptionnelle elle peut être permanente.